Les feuilles mortes se ramassent à la pelle…aussi!

Ce matin, je me suis levée de bonne humeur.

Pourquoi? Je ne sais pas. En fait, je n’avais même pas envie de me le demander d’ailleurs. Juste de bonne humeur et juste envie d’en profiter et d’en faire profiter les autres autour de moi.

Et quand je suis comme ça, rien ou peu n’arrive à troubler cette humeur et c’est tant mieux!

Ce matin, j’avais un avion à prendre pour Paris.

Ah Paris! Paris la belle! Cette ville si magnifique, si romantique… où pourtant les gens sont si grognons et malheureux… Mais, pas grave parce que rien n’allait entraver ma bonne humeur et l’envie d’être heureuse et puis c’est tout!

Avion… Veuillez attacher votre ceinture, éteindre votre téléphone portable et vous laisser aller au doux ronron du moteur… On est arrivé!

RER… RER… R E R…Rien que cet acronyme est à l’opposé de la parole bonheur. Les gens y sont tristes, gris, comme le temps…

Jusqu’à ce que monte un accordéoniste. Vous savez, cet accordéoniste-là! Le gars, à l’accordéon touches piano (pour une accordéoniste touche bouton comme moi, c’est presque une insulte mais bon…. Peace and Big love today!), ce gars qui massacre toujours tous les classiques de la chanson française… Mais oui, souvenez-vous, vous en avez sans doute rencontré un, un jour.

Il a commencé, calmement, par l’incontournable « les feuilles mortes » mais emporté par son élan, il a enchainé sur des variations  des « feuilles mortes » parfois plus enjouées version fête foraine (ce qui avec « les feuilles mortes » sonne assez curieux, je dois dire, un peu comme un film d’horreur où l’on attend à chaque seconde l’apparition du clown meurtrier et psychopathe qui vous poursuit dans l’allée principale où tout le monde a disparu…), une autre version avec des notes plus piquées comme une musette du temps d’Yvette Horner, une autre version plus triste, oui encore plus… genre Apocalypse Now où le clown d’avant reviendrait maculé de sang mais avec la conscience d’un repenti…

Bref, mille et une versions d’une musique qui n’en demandait certainement pas autant et ne risquaient pas de se relever de ce massacre.

Au milieu de cette boucherie musicale, j’ai soudain regardé autour de moi. Les gens étaient toujours blêmes de tristesse et gris d’amertume semblant sourds à ce qu’il se passait. Et l’homme placide continuait de jouer avec joie, contrastant avec l’indifférence générale et le côté glauque de sa musique.

L’accordéoniste s’est approché du jeune homme en face de moi, celui qui m’avait demandé plus tôt son chemin, un peu perdu dans cet univers parisien, lui jouant avec force dans les oreilles que même ses écouteurs ne pouvaient protéger…

Un sourire s’est alors dessiné sur mon visage, ce que l’accordéoniste prit pour un encouragement…

Je voyais bien que le jeune homme essayait désespérément d’écouter sa musique (je ne sais pas ce qu’il écoutait mais…) réajustant sans cesse ses écouteurs mais les feuilles mortes, subtilement (ou presque) et doucement, continuaient de se glisser pour lui chatouiller les siennes de feuilles.

L’absurde de la situation a élargi encore mon sourire. J’ai même dû ravaler quelques hoquets provoqués par ce rire qui voulait s’échapper de ma gorge.

Quand l’accordéoniste est passé à la « danse hongroise n.5 » de Brahms, je retenais mes larmes tant c’était insupportable pour les gens qui commençaient à gesticuler mais sans rien dire, ce que l’accordéoniste a sans doute pris pour variation… de danse peut-être…

Et puis, il y mettait tant de coeur…

Pour remercier cet homme qui, malgré tout, et surtout malgré lui, est resté souriant et motivé, je lui ai offert la seule pièce que j’avais sur moi, 2 euros, ainsi que mon plus beau sourire, vraiment sincère.

Ce matin, dans ce train, je suis peut-être passée pour une extraterrestre mais au moins ni le RER ni le mauvais temps ni les feuilles mortes n’ont eu raison de ma bonne humeur et ça c’est le plus important.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s