Le premier jour du reste de ma vie…

Quand on a passé la fameuse barrière  qu’on voyait de loin, de très loin même, mais qui maintenant est déjà tout juste derrière nous et que ça nous emmerde franchement surtout lorsqu’on croise des jeunes de 20 ans qui nous appellent madame,

Quand on est arrivé à « la fleur de l’âge » et autres conneries du genre qu’on se raconte pour se rassurer et se faire croire que, non, on n’est pas plus près de la mort mais bon quand même un peu,

Quand on fait beaucoup plus de sport pour conserver le corps de ses 30 ans,  même que c’est vachement crevant de faire du sport à notre âge parce que, ben… on n’a pas le corps de notre folle jeunesse mais on s’accroche, on s’accroche parce qu’on sait que sans efforts on ne rentrera plus dans notre 38 chéri, alors on commence à reconsidérer les choses et à regarder le 40 avec un petit air coquin,

Quand on commence à être obligée à utiliser du maquillage et autres trompe-couillons sous peine d’entendre: « Ben, qu’est-ce que t’as aujourd’hui, t’as pas bonne mine… » mais qu’on est assez mature et zen pour ne pas retourner une beigne à la personne indécente qui a osé émettre ce jugement débile, même que c’est pas vrai que j’ai pas bonne mine, j’ai pas eu mes 8 heures de sommeil c’est tout,

Quand on court toute la journée pour arriver à l’heure à l’école et récupérer des monstres qui nous répètent à longueur de journée qu’ils ont vu des cheveux blancs dans notre tête avant d’hurler de rire, mais c’est pas grave,  du coup, ce soir c’est brocoli-party,

Quand on a, comme moi, atteint les 40 ans (non, laissez-moi pleurer et hurler de douleur!!!! Putain, 40 ans!!!) ben on a tendance à se retourner sur son passé (à défaut de voir tous les hommes se retourner sur notre passage, enfin si, encore un peu quelque-uns quand même, mais moins qu’avant, mais quand même un peu parce qu’on n’est pas un cageot non plus, non mais des fois, j’vous jure…),

Bref, quand on arrive à l’âge de la première remise en question (oui, parce que la crise de la quarantaine c’est un peu comme la rentrée scolaire, ça revient périodiquement),

Il est temps de faire son premier bilan.

Et force est de constater que je ne suis pas peu fière d’être arrivée jusqu’ici à peu près entière. Je dis à peu près parce que je crois que j’ai laissé quelques cases en route (D’où l’expression de certains parfois: « il lui manque une case »… ok, je sors…).

Mais, tout de même, moi qui croyais qu’à 40 ans on avait presque tout vu et que le plus gros était derrière nous, bon… ben… je dois reconnaitre que je me suis trompée (oh ça va, ça arrive à tout le monde…). Parce que si on m’avait dit, il y a quelques années, que je partirais vivre à l’étranger et que du coup j’apprendrais de nouvelles langues, que j’allais frôler la mort et que, par réaction,  j’allais devenir ceinture noire de Taekwondo (rien de moins) et que, cerise sur le gâteau, j’allais découvrir que j’avais une soeur (voir l’article Le bonheur c’est simple comme un coup de fil… ) ben j’aurais envoyé promener le ou la voyante l’affublant au passage de jolis petits noms d’oiseaux et autres animaux bizarres.

Du coup, après le premier bilan, première constatation: Si certains, tels mes profs du lycée,  pourraient dire: « Pas mal mais peut mieux faire » moi j’ai juste envie de mettre un « C’est bien, continue »!

Deuxième constatation:  En toute modestie, je crois que j’assure grave, en fait!

Troisième constatation: on ne sait jamais ce que la vie nous réserve et il faut juste prendre les choses comme elles viennent.

Et justement, en me promenant ce matin, je suis tombée sur une association militant pour la lecture. Le but? On peut partir avec tous les livres qui tiennent dans la main du moment qu’on laisse une petite donation de son choix. Et sur quel livre je suis tombée dans cette librairie? « Se réinventer »!! (Genre, ça ne me dit rien ça?!) 😉

Donc, en route pour la deuxième partie de ma vie avec nouveaux projets, nouvelles ambitions, nouveaux défis ( non, ne soyez pas impatients, vous le saurez bientôt…) car comme dit Confucius: « On a deux vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une. »

Finalement, ils ont raison ces magazines féminins en disant que 40 ans, c’est vraiment la bombe!

P.S. J’vous laisse avec Etienne! 🙂

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s